Publié le : 10 mai 20226 mins de lecture

De nombreuses appellations sont associées au BHO ou Butane Hash Oil. Le Shater, le wax, le crumble ou le budder ont font partie. Ce nouveau procédé donne la possibilité de profiter du cannabis autrement. Il propose un processus innovant d’extraction de la plante. En quoi consiste-t-il ? Pourquoi est-il considéré comme une alternative au cannabis ?

À propos du BHO

Le Butane Hash Oil est une nouvelle technique qui permet d’apprécier le cannabis. Elle consiste à extraire les composants chimiques de ses fleurs à l’aide d’un solvant. Elle propose un procédé révolutionnaire, qui est différent des méthodes d’extractions classiques. Tels sont les cas pour le hash marocain ou le chara traditionnel indien.

Réalisé à l’aide d’un tamis fin, le hash permet de séparer les trichomes des têtes séchées du haschich. Par ailleurs, le chara associe différents modes opératoires pour détacher les trichomes de ses fleurs. Celles-ci sont pressées à la main puis moulées avec les pieds. Outre les autres procédés d’extraction au solvant, principalement avec de l’alcool, le BHO propose une démarche à part entière.

En effet, il utilise du butane pour dissocier les éléments actifs des fleurs de cannabis. Ce gaz volatile donne la possibilité de récupérer un consommable puissant qui est doté d’un arôme unique. L’extraction bho propose également un produit collant qui possède une apparence dorée. De plus, il détient une forte concentration en THC, qui peut atteindre les 90 %.

Le mode opératoire pour extraire du BHO

Les cannabinoïdes, les terpènes ainsi que les flavonoïdes constituent les principes actifs qui sont extraits des fleurs de cannabis. Dans cette optique, l’utilisation du butane permet de les dissoudre à l’aide d’un matériel spécifique, de qualité. À l’issue de la procédure, le gaz qui s’évapore donne naissance au BHO ainsi qu’à ses formes dérivées (le shatter, le wax, le crumble, le budder ou l’huile de BHO).

En somme, la fabrication de ce produit nécessite de l’herbe de qualité, fraîche ou séchée (en l’occurrence de la marijuana), un tuyau extracteur ouvert ou fermé, un plateau en pyrex, un filtre pour le tube, une pompe à vide ainsi qu’une chambre à vide ou un four, des gants de protection et le gaz butane raffiné. Pour ce faire, cette manipulation doit être réalisée dans un endroit aéré dépourvu de sources de chaleur, car ce gaz volatile est hautement inflammable.

Ainsi, l’extraction du BHO consiste à remplir un tube avec les plants de cannabis. Une fois le filtre placé à l’extrémité du tube, le butane est inséré sur la valve de son trou supérieur. Le gaz qui en sort va descendre dans l’extracteur et tomber sur le plateau. À une température ambiante, il va s’évaporer dans le plateau et laisser place à un produit brut qui doit passer en purge avant d’être consommé.

Les spécificités de l’extraction du BHO

Différentes étapes sont liées à l’extraction du BHO. La purge constitue une phase primordiale, car la qualité du produit final en dépend. À l’aide d’une pression sous vide ou d’une température ambiante, le résidu de gaz contenu dans le BHO va disparaître. Un équilibre de chaleur doit permettre au consommable de sauvegarder le maximum de terpènes tout en expédiant le butane.

De ce fait, cette étape donne la possibilité d’éliminer la toxicité du gaz. Néanmoins, l’espace de travail doit rester suffisamment aéré, car un risque d’explosion demeure possible. L’extraction des ingrédients chimiques de cannabis à l’aide du butane constitue une technique révolutionnaire complexe, parce que le gaz est potentiellement dangereux. Par ailleurs, le choix de ce solvant influe également sur la procédure d’extraction. En effet, le butane doit être pur, car l’association avec d’autres composants peut altérer le goût du BHO.

Outre, la méthode d’extraction fermée vue précédemment, une autre technique de dissociation existe. Il s’agit de l’extraction avec un circuit ouvert. Elle propose un processus qui met les divers éléments en contact avec l’environnement. Moins cher, ce procédé est le plus utilisé, cependant il présente plusieurs inconvénients. Il est dangereux, car il expose le gaz à l’air libre. De plus, des particules étrangères viennent s’ajouter aux composants du BHO. Cette méthode ne peut pas également générer une quantité suffisante de pression pendant la phase de purge.

L’utilisation du BHO et ses effets

À l’issue de la purge, le consommable peut être utilisé de maintes façons. Il peut être fumé, vaporisé ou mangé. La première approche permet d’ajouter le BHO dans un joint. Néanmoins, une combustion peut altérer le goût du produit. La seconde méthode offre la possibilité à l’intéressé d’inhaler le BHO. Le contrôle de la température lui permet de conserver l’arôme du cannabis.

Dans le cas d’un usage thérapeutique, l’ingestion constitue la meilleure mode d’administration. Ainsi, 100 % des composants actifs du BHO, tels que les cannabinoïdes, prennent directement effet sur le patient. Cette mode de consommation du cannabis reste la solution adéquate pour une utilisation médicale.

Avec une concentration de plus de 80 % de THC, l’extraction de BHO donne naissance à un produit puissant. Sa consommation ne convient pas au débutant, car des risques d’intolérances sont à prévoir. En effet, inhaler une bouffée de BHO équivaut à fumer un joint de cannabis. Néanmoins, pour profiter de cette expérience, fumer du BHO à l’aide d’une pipe spécifique reste l’idéal.